Webinar « Lutte contre la corruption : Qu'est-ce qui empêche l'application des lois? »

Vendredi 21 mai 2021

L’Observatoire de la fonction publique et de la bonne gouvernance (OFP), de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ), en collaboration avec Konrad-Adenauer-Stiftung (KAS), a organisé, dans le cadre du Forum de la bonne gouvernance, le webinar « Lutte contre la corruption : Qu'est-ce qui empêche l'application des lois? », au Campus des sciences sociales de la rue Huvelin, avec la participation du Professeur Ibrahim Najjar, ancien ministre de la Justice, M. Neemat Frem, député démissionnaire, le juge George Attieh, directeur de l’Inspection centrale, Maitre Carine Tohmé, avocate et membre de l’Aldic, M. Ahmad Assi, de la campagne Dod Al fassad et du directeur de projet à la KAS Hamad Elias.

Le webinar a commencé avec un discours de bienvenue du directeur de l’OFP, le professeur Pascal Monin, qui a indiqué que « tout le monde connaît l'ampleur de la corruption au Liban, mais que de la volonté politique de lutter contre cette corruption fait défaut parmi les gens au pouvoir et les politiciens. » Monin a considéré aussi que l'État et ses institutions sont aujourd'hui en état de désintégration, et les institutions mises en place par le président Fouad Chehab endurent, et le processus de restauration de l'État commence par la lutte contre la corruption.

L'ancien ministre de la Justice Ibrahim Najjar a estimé de sa part qu’ «il n'y a pas de lutte contre la corruption dans le cas où il n'y a pas d'état de droit, qui signifie que la loi doit être respectée en termes de recouvrement des impôts, la création d’une force armée, une administration correcte et l’application des lois », soulignant que «la lutte contre la corruption n’est pas seulement une question de slogans et de rhétorique. »

Najjar a ajouté: "Il n'y a plus de culture du droit au Liban. Tous les secteurs se sont effondrés ", notant que " la corruption est endémique au Liban et qu'un bon état de droit n'existe pas au Liban aujourd'hui. »

L'ancien ministre de la Justice a poursuivi: « L'État doit être fort, compétent et juste, ce qui signifie que, conformément à la loi, l'État doit collecter des impôts, et à travers lui, l'utilité publique est assurée, ce qui se traduit par des forces armées et des forces de sécurité qui protègent. Quand il y a une mentalité de responsable, nous avons un pays ".

Najjar a présenté son expérience au cours de son mandat au ministère de la Justice, notant qu'il a essayé de mettre en œuvre la loi et qu'il n'a répondu à aucune sollicitation politique, mais à chaque pas qu'il a décidé de faire, il a fait face à une grande pression.

Il a enfin déclaré: « En tant que ministre de la Justice, j'ai transféré 18 dossiers de juges corrompus à l’inspection judiciaire, et un seul juge a été démis de ses fonctions parce que la médiation politique a tout fait pour protéger ces juges, sans parler d'énormes sommes de des millions de dollars qui m’ont été offerts plusieurs fois, en échange de l'acceptation de la corruption. Ces dossiers de corruption, bien sûr, ont été rejetés. »

À son tour, le député démissionnaire, Neemat Frem, a declaré qu'il n'avait jamais été surpris par la réalité actuelle, et a ajouté: « ce processus a commencé en 1991, lorsqu'une loi a été adoptée permettant à des partisans de parties politiques, d'assumer des responsabilités administratives au Liban."

 "Qui parle au nom du Liban aujourd'hui ? a martelé Frem", ajoutant que "le système politique considère l'Etat comme un butin de guerre, et le Liban ne peut progresser qu'en libérant l'Etat de la corruption."

Il a ajouté: "Nous avons un an pour lutter pour la survie du Liban, et la vision est claire : reconstruire l'État sur la productivité et l'efficacité", révélant qu'il est sur le point de former un front politique qui traverse sectes et régions pour contester les prochaines élections parlementaires et apporter de grands changements.

Il a poursuivi: "Nous sommes en retard pour comprendre la corruption au Liban, car il existe un système très intelligent pour attirer et voler de l'argent, en séduisant des touristes et expatriés, en vendant des illusions."

Frem a mis en garde contre la situation actuelle, soulignant que « nous sommes confrontés à la disparition du Liban que nous connaissons et qu'il y a une intention de détruire tout ce que le Liban a cumulé depuis de nombreuses années. Les écoles, les universités et la culture sont actuellement en cours de destruction. Aujourd'hui, nous sommes confrontés à un vrai choix : soit reconstruire le Liban en entrant en force au parlement, soit permettre au système de continuer à détruire le Liban. "

Le president de l'Inspection centrale, le juge George Attieh, a estimé qu’ « au Liban, nous avons les meilleures lois, mais leur mise en œuvre n'était pas correcte et cette application n'a pas été respectée." Et il a ajouté: "L'administration libanaise travaille sous la supervision des agences de contrôle qui ont été marginalisée par leur incapacité à se développer pendant trente ans. L’organigramme existe depuis 1959, mais aujourd'hui, il ne reste plus que 30% des effectifs à surveiller l'administration publique, ce qui est impossible à mettre en œuvre de manière appropriée. "

Attieh a ajouté: " Les transactions administratives doivent être dirigées de l'échelle administrative la plus basse vers les plus hautes références, et c'est la base du travail et des lois élaborées selon la hiérarchie administrative. Mais si le travail est réduit au cabinet du ministre et à ses conseillers, c'est de la corruption ».

Attieh a indiqué que les décisions de l'Autorité centrale d'inspection ne sont pas respectées et qu'il y a des dizaines de décisions qui n'ont pas été appliquées depuis vingt ans et plus.

Ahmed Assi et l'avocate Carine Tohmé ont parlé de la promotion de la transparence au Liban par le biais d’un projet financé par l'Union européenne et Expertise France, et les activités couvertes par la campagne qui vise à toucher le plus grand nombre de citoyens et renforcer la culture de la lutte contre la corruption, et les aider à comprendre la définition de la corruption, et comment y faire face avec l’aide de plusieurs programmes de formation et conférences destinés aux étudiants des écoles et des universités.

Il convient de noter que le principal objectif du lancement du Forum de la bonne gouvernance est de créer un cadre de motivation pour l'élaboration de politiques publiques plus applicables qui tiennent compte des normes de bonne gouvernance et fournissent un moyen de pression entre les mains du citoyen libanais, en les initiant à leurs droits et devoirs. Il vise également à fournir des informations disponibles sur le travail de l'Etat, ses administrations et institutions, et à définir les sujets et les aspects qui pourraient être améliorés dans l'administration publique.

Ce forum est censé faire le lien entre les décideurs et les influenceurs d'une part, et l'opinion publique d'autre part, et il cherchera à l'avenir à s'ouvrir vers le secteur privé, avec la ferme conviction qu'il est nécessaire d’atteindre les normes de gouvernance dans ce secteur également, en plus des institutions de la société civile, dans les domaines juridiques et des droits de l'homme et de toutes les questions communautaires.

Consultez les coupures de presse et l'album photos