Formes narratives et coproduction dans les cinémas du monde arabe : Normes, contraintes et libertés
Colloque international : 2-3-4 octobre 2019, Beyrouth, Liban.

 

Organisé par l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (Institut d’Etudes Scéniques, Audiovisuelles et Cinématographiques – Département de lettres françaises)
et l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Institut ACTE)

 

    En général, les industries cinématographiques arabes restent peu développées malgré les récents succès internationaux de certains films et la prolifération des festivals de cinéma. À l’exception de quelques rares exemples comme l’Egypte et, dans une certaine mesure, le Maroc qui ont su développer des systèmes de production locaux, les autres pays arabes restent dépendants des fonds d’aide internationaux, en particulier européens. Cette dépendance met les producteurs, les scénaristes et les réalisateurs arabes dans une position subalterne par rapport aux producteurs et financeurs européens dont les attentes à la fois au niveau des contenus des films et de leurs formes narratives finissent par fortement influencer le processus de création.
   L’un des objectifs de ce colloque sera d’interroger l’influence des financements européens sur les films coproduits. Comment cette influence s’opère-t-elle ? Comment et dans quelle mesure les cinéastes, scénaristes et producteurs arabes se conforment-ils à certaines normes et certaines contraintes ? Aussi, dans quelle mesure ce rapport de forces peut-il influencer les films non-coproduits, par mimétisme ou par un désir de reconnaissance internationale ?
   D’un autre côté, des champs de libertés peuvent se créer au sein de ce système : d’une part parce que ce système peut offrir aux créateurs arabes un espace d’expression débarrassé de la censure d’état qui peut s’exercer plus fortement sur les films produits localement ; et d’autre part, parce que certains cinéastes arrivent à trouver le moyen de composer avec ce mode de production afin de créer des oeuvres cinématographiques rompant avec l’uniformité qui découle des systèmes hégémoniques. Ce colloque interrogera donc également ces films et les mécanismes par lesquels ces espaces de liberté peuvent exister.
  Enfin, certains cinéastes font le choix de rompre radicalement avec ce système, et optent pour des modes de productions alternatifs (crowdfunding, autoproduction, coopératives cinématographiques…), ou choisissent d’inscrire leur pratique du cinéma dans des formes plus marginales comme le cinéma expérimental ou les installations vidéos. Ce colloque aura aussi pour objectif d’apporter un éclairage sur ces pratiques alternatives du cinéma dans le monde arabe.


   Les intervenants pourront inscrire leurs communications dans un ou plusieurs axes parmi ceux qui figurent dans la liste suivante. Ils peuvent également choisir de traiter d’autres cinémas (d’Asie, d’Amérique latine, etc.) qui pourraient avoir des points communs avec la problématique du colloque. Toute autre piste de réflexion qui pourrait éclairer la problématique principale est aussi la bienvenue.
- Economie des cinémas arabes (financements, marchés, diffusion...)
- Réception populaire des films coproduits
- Cinémas arabes et Festivals internationaux
- Politiques des festivals locaux
- Genres filmiques dans le cinéma coproduit
- Censure d’état et attentes des producteurs
- Cinéma d’auteur et coproduction
- Normes narratives et marges de création
- Formes narratives spécifiques ou originales
- Modes de production et circuits alternatifs

Les propositions de communications de 500 mots maximum devront être envoyées aux
organisateurs avant le 2 mai 2019, à l’adresse suivante : arabcinemaconferencebeirut2019@gmail.com​  Le colloque aura lieu à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth,
les 2, 3 et 4 octobre 2019.

Les communications pourront être présentées en français, anglais ou arabe.

Ce colloque est organisé par l’Institut d’études scéniques, audiovisuelles et cinématographiques
et le Département de Lettres françaises de la Faculté des lettres et sciences humaines, Université
Saint-Joseph de Beyrouth, en collaboration avec l’Institut ACTE (EA 7539), Université Paris 1
Panthéon-Sorbonne.

 

Comité d’organisation
Elie Yazbek (Université Saint-Joseph de Beyrouth)
Karl Akiki (Université Saint-Joseph de Beyrouth)
José Moure (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)
Wissam Mouawad (Institut ACTE)

Comité scientifique
Toufic El Khoury (Université Saint-Joseph de Beyrouth)
Terri Ginsberg (American University in Cairo)
Shohini Chaudhuri (University of Essex)
Sarah Leperchey (Université Paris 1Panthéon-Sorbonne)
Hamid Aidouni (Université de Tétouan)
Joshua David Gonçalves (American University of Beirut)
Meryem Belkaïd (Bowdoin College)

Pour la version anglaise, voir le lien sur The CFPLIST :
https://www.cfplist.com/CFP/19962



Campus des sciences humaines
Rue de Damas
B.P. 17-5208 - Mar Mikhael
Beyrouth 1104 2020

Contact
Tél : +961 (1) 421 530
Fax : +961 (1) 421 056
Courriel : iesav@usj.edu.lb
Site web : http://www.iesav.usj.edu.lb
Partager :