Fonds d’aide à l’Inclusion Jacqueline Cassir Assha

Ce fonds de bourse vise à favoriser l’inclusion des jeunes à besoins spécifiques.
29 mai 2019
Rectorat
Organisateurs :


Un fonds d’aide à l’inclusion est constitué à l’USJ afin de favoriser l’inclusion des jeunes à besoins spécifiques dans la société et afin de participer, par le biais d’aides financières aux étudiants, et/ou à l’aménagement de moyens éducatifs, au développement du processus de l’inclusion des jeunes à besoins spécifiques à l’USJ.

Un protocole d’entente portant sur la constitution de ce fonds, a été signé par le Pr Salim Daccache s.j., recteur de l’USJ et Mme Ferial Assha, lors d’une cérémonie qui a lieu à la salle du conseil de l’université, en présence notamment de M. Khalil Assha, du directeur général du ministère de l’Education M. Fadi Yarak, de Mme Carmel Ghafari Wakim, secrétaire général de la Fondation USJ, de vice-recteurs, doyens et directeurs, des étudiants, ainsi que des représentants de plusieurs ONGs concernés par les personnes à besoins spécifiques.

Dans son mot d’accueil, Mme Carmel Ghafari Wakim a signalé que « Ferial Assha, après avoir destiné un fonds de bourses portant le nom de son père aux étudiants en droit, en souvenir de ce grand avocat que fut Mitri Assha, et après avoir légué de quoi constituer un fonds de recherche en son nom, en santé publique, la voici intéressée par la problématique des étudiants à besoins spécifiques, à qui elle souhaite donner plus de chance d’être inclus à l’USJ. A cette fin, elle constitue le fonds d’aide à l’inclusion qui portera le nom de sa chère maman, Mme Jacqueline Cassir Assha. »

Après avoir présenté Mme Ferial Assha, ancienne de l’USJ et étudiante actuelle, « qui ne cesse de se former pour être au service de l’Homme », Mme Wakim passe la parole au Pr Daccache qui déclare, aussitôt, que « cet évènement, ouvre la porte sur une cause sociale libanaise, sûrement mondiale aussi, celle des jeunes différemment capables qui portent en eux des handicaps soit physiques soit psychiques. »

Cette initiative « révolutionnaire », selon le mot du Pr Daccache, vise aussi à garder vivante la mémoire de feue Mme Jacqueline Cassir Assha, mère de Ferial et de Khalil, une femme « engagée pour sa famille, son mari et pour mille et une causes sociales dans cette vallée de notre existence où se mélangent les larmes et les joies. »

« C’est à travers le concept de responsabilité sociale des universités (la RSU), enchaine le Pr Daccache, que la question d’une possible prise en charge par l’Université des jeunes à besoins spécifiques s’est posée. Cette responsabilité sociale nous fait dire que, moralement, l’Université doit intervenir au nom de sa troisième mission, celle de l’engagement citoyen et social. »

C’est à cet effet que l’USJ a été « sollicitée par l’Association Include qui cherchait, dans un cadre universitaire, à mettre en place un programme de formation professionnelle destiné à une douzaine de jeunes à l’issu duquel un certificat d’études pouvait être remis à ces étudiants. »

« Par cette pratique, l’USJ veut devenir une université sociale d’accueil et d’intégration. Un comité élargi et représentant tous les départements intéressés par cette problématique vient d’être constitué sous la présidence du recteur et devra élaborer une vision globale des politiques d’inclusion et d’intégration », conclut le recteur.

De son côté, Ferial Assha a affirmé dans son mot que « les personnes différemment capables sont les laissées-pour-compte de notre société. Bien sûr, ajoute-t-elle, beaucoup de belles choses se sont accomplies, à travers des initiatives isolées, tel que l’ONG Include. C’est dans ce contexte que s’inscrit ce fonds, pour apporter sa part de contribution aux efforts et actes de bonne volonté, qui ont compris que la fragilité est l’essence même de notre être de chair, et que c’est elle qui fait notre singularité. La fragilité est au cœur de notre existence, elle est le propre de notre humanité. Au nom de quel droit, les bien portants devraient avoir le monopole des biens sociaux ? »

Après des témoignages émouvants d’Amale Chaaya, doctorante à l’Institut des lettres orientales, et de Marc Torbay el Helou, ancien de l’USJ, portant sur leur condition de personnes à besoins spécifiques et sur l’importance de l’aide à l’inclusion, le protocole a été signé par le Pr Daccache et Mme Assha. 
 

Consulter l'album photos