Vient de paraître : Les œuvres de Jacques de Saroug dans la tradition arabe. Inventaire des manuscrits arabes

juin 2019
Collaborateurs :
  • UCOPress - Editorial Universidad de Córdoba


Cet ouvrage du P. Khalil Alwan, M. L. constitue une étude quasi exhaustive de la transmission manuscrite des œuvres de Jacques de Saroug (†521) dans leur traduction arabe. Cet inventaire est resté un desideratum depuis que Georg Graf a pour la première fois attiré l’attention sur la gamme étendue d'œuvres de Jacques en arabe. L’auteur a identifié 98 pièces authentiques, découvert 13 pièces inédites et incertaines ainsi que 9 pièces faussement attribuées au poète de Saroug. Il a recensé 42 recueils spécifiquement sarougiens, les a divisés en familles et sous-familles et a enrichi cet ouvrage de tableaux, d’index et d’une bibliographie analytique. Grâce à ce travail minutieux et riche en trouvailles, l’auteur a pu corriger, remanier et compléter les données collectées par beaucoup de chercheurs qui l’ont précédé dans ce domaine.

La traduction arabe de quelques homélies inventoriées, remontant au XIIe siècle, est plus ancienne que l’original syriaque publié par Paul Bedjan. Elle pourra, ainsi, être une source précieuse pour les éditions critiques syriaques des œuvres sarougiennes.

Cet inventaire a mis en évidence l’importance d’un tel patrimoine arabe chrétien. Il montre que, mise à part la langue syriaque, l’arabe est la seule langue qui possède un vaste corpus d’homélies sarougiennes. C’est un indicateur du grand rôle que la langue du Coran a joué dans l’entrecroisement des écoles théologiques antiochiennes et égyptiennes. Jacques de Saroug, en langue arabe, est le témoin d’une large coopération entre les églises syro-coptes du second millénaire du christianisme, de grande signification œcuménique.