Messe d’inauguration de la 145e rentrée académique de l’USJ et de la célébration du centenaire du Grand-Liban

Dimanche 6 octobre 2019
Organisateurs :


Sa Béatitude et Eminence, le Cardinal Béchara Boutros el-Raï, a présidé le 6 octobre 2019 la messe d’inauguration de la 145e rentrée académique de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ), à l’invitation de son recteur, le Pr Salim Daccache s.j, et du Conseil de l’Université, et en présence notamment de S.E. le Président de la République le Général Michel Aoun, représenté par S.E.M. le ministre Mansour Bteich, et son Excellence Nabih Berri, Président de la Chambre des députés, représenté par S.E.M. le député Henri Helou, et Son Excellence le Premier ministre Saad el-Hariri, représenté par S.E.M. le ministre Mansour Bteich. La cérémonie qui s’est déroulée en l’église Saint-Joseph des pères jésuites, rue Monot, a également été l’occasion de célébrer le centenaire de l’Etat du Grand-Liban.  

Prenant la parole au début de la messe, Le Pr Daccache a souhaité la bienvenue « Au nom du Provincial de l’Ordre de la Compagnie de Jésus au Proche-Orient et au Maghreb arabe, le Père Dany Younes, au nom du Conseil de l’université, des gens de l'université et ses amis, à Sa Béatitude le Cardinal Mar Béchara Boutros el-Raï qui a répondu à l’invitation. »

« Je voudrais également remercier de tout mon cœur, ajoute le recteur, Son Eminence le Nonce apostolique Joseph Spiteri qui accompagne le travail de l'Université, et Monseigneur Boulos Abdel Sater, archevêque du diocèse maronite de Beyrouth, pour sa présence paternelle parmi nous aujourd'hui. Je remercie également Mgr César Essayan vicaire apostolique et évêque des Latins représenté par le provincial des pères lazaristes le P. Ziad Haddad, comme je salue et je remercie tous les dignitaires religieux et civiques qui sont venus à cette église aujourd'hui pour participer à cette messe. »

« Avant 1975, et pour longtemps, une messe annuelle était célébrée pour convoquer le Saint-Esprit au début de l'année académique de l'université, et voici que nous élevons notre prière aujourd’hui au Dieu Tout-Puissant, l’Esprit-Saint, pour qu’Il illumine notre voie, celle de la communauté de l’université et sa mission, celle du Liban si cher à nos cœurs et à nos pensées pour que nous récupérions tous la santé et le courage et pour que nos cœurs et nos pensées se tournent vers Dieu pour être à son service pour sa plus grande gloire», conclut le Pr Daccache.

Après le saint Évangile, Raï a prononcé un sermon intitulé: "Quel est donc le serviteur fidèle et prudent?" (Matthieu 24:45), dans lequel il commence par dire que "Dans la théologie biblique, chaque personne née dans le monde reçoit une invitation spéciale de Dieu, que ce soit dans la famille, dans la société, dans l'église ou dans l'État. C’est pour cela qu’il est appelé « serviteur », qui signifie "adorateur" : un croyant épris de Dieu, dont l'amour est manifesté par des actes d'adoration, et désigne donc une personne choisie par Dieu pour un message particulier lui permettant de remplir sa détermination divine. Jésus lui-même est appelé dans le livre d'Isaïe "le serviteur de Jéhovah" ou "le serviteur de Dieu". Ce serviteur, qu'il s'agisse d'un individu ou d'un groupe, doit être honnête et sage. C'est ce que le Seigneur Jésus exige de nous en disant dans l'Évangile du jour: "Quel est donc le serviteur fidèle et prudent, que son maître a établi sur ses gens, pour leur donner la nourriture au temps convenable?" (Matthieu 24:45).

 "À la lumière de cet entretien évangélique, ajoute Raï, l'Ordre des Jésuites et l'USJ portent le titre de "serviteur du Seigneur ". Ils se voient confier une grande mission dans l'Église, la société et la patrie. C'est la nourriture que Dieu demande à son serviteur de donner à ses enfants (cf. Matthieu 24:45). L'Université Saint-Joseph, dans ses diverses facultés et instituts, l'a donnée à nos générations au Liban pendant 145 ans, ainsi que la "nourriture" de la Parole de Dieu en tant que prédication, enseignement et orientation, et la grâce des sacrements de la sanctification et le haut niveau d'éducation pour les générations futures. Pour cette « nourriture » donnée par les jésuites depuis leur présence au Liban, je les salue et les remercie au nom de l'Eglise."

"Nous sommes ravis de célébrer cette liturgie divine ensemble, à l'occasion du 145e anniversaire de la création de cette université glorieuse et du lancement d'activités à l'occasion de la proclamation de l'État du Grand Liban", a-t-il ajouté, évoquant les liens spirituels, scientifiques et nationaux avec le patriarche Elias Boutros Al-Howeik. (…) « Je suis heureux de noter que l'histoire continue. Je fus l'élève des pères jésuites à Ghazir pendant un an et à Notre Dame de Jamhour pendant cinq ans. Au cours de ma vie dans l’Ordre maronite et de ma vie épiscopale spirituelle, pastorale et académique, j’ai eu l’honneur d’enseigner le statut personnel à la Faculté de droit et de sciences politiques pendant dix ans. Aujourd'hui, en tant que patriarche, j'ai hâte de poursuivre notre coopération avec eux au service de l'Église et du Liban. C'est l'occasion d'exprimer ma gratitude et mes remerciements à chacun d'entre eux, ainsi qu'au groupe en la personne de notre cher Provincial, le père Dany Younes. »

« Je suis heureux de remercier chaleureusement l'invitation de notre cher recteur, le Pr Salim Daccache, d’avoir mené à bien cette célébration solennelle. Les jésuites ont assisté Al-Howeik lors de son voyage pour la Conférence de la paix à Versailles en 1919, notamment dans la troisième délégation dirigée par Mgr Abdallah Al-Khoury, jusqu'à la Déclaration de l'État du Grand Liban du 1 er septembre 1920. L’USJ était la seule université catholique à avoir élevé et diplômé la plupart des hommes de l'État et de l'indépendance, notamment les "génies" de la Constitution de 1926 et le pacte national de 1943, inscrits dans le document de l'accord national de 1989.

Ces documents ont établi les valeurs fondatrices du Liban: indépendance de toute dépendance, patrie ultime pour tous ses enfants dans ses frontières internationalement reconnues, unité dans la diversité, libertés publiques religieuses, culturelles et politiques, coexistence chrétienne et musulmane avec droits et devoirs égaux, participation équilibrée à la gouvernance et à l'administration, et au Liban. »

Il a poursuivi: "Mais nous reconnaissons le regret de l’USJ, comme celle des universités qui éduquent les générations conformément à l’esprit et à la lettre de la Constitution et à la philosophie de la Charte nationale, quand on voit sur le terrain l’opposé de ce que nous avons appris et éduqué dans notre pratique politique. Nous refusons la provocation du sectarisme et de son utilisation comme un outil dans l'action politique pour attirer les masses. Cela a approfondi les divisions et a déformé le concept de participation confessionnel au pouvoir. Plutôt que de participer à la construction d'un État qui préserve son unité et sa coexistence et assure la sécurité, la stabilité et une existence décente à ses citoyens, la participation est devenue un moyen de partager influence, emplois et gains entre hommes politiques, de piller des fonds publics et de répartir entre eux les capacités de l'État au nom de sectes. Cela a conduit à affaiblir l’Etat et à le réduire à néant, en faisant de sa jeunesse un groupe de manifestants, de bandits et d’immigrés, tout en garantissant son avenir. Par conséquent, nous ne pouvons tolérer cette pratique contraire à la Constitution et à la philosophie de la Charte nationale, qui mine l'État, appauvrit son peuple et étouffe les aspirations de sa jeunesse. "

"Nous ne pouvons pas tolérer, ajoute Raï, la politisation du pouvoir judiciaire dans certains cas et le transformer en procès politiques sectaires, dans lesquels les dossiers sont fabriqués, les textes brisés, les déclarations des institutions de l'État interrompues et la torture pratiquée par des services de sécurité devenus doctrinaux. Par ailleurs, nous ne pouvons rester silencieux sur la non-application des verdicts et des jugements. (…) Je le dis non seulement pour condamnation et dénonciation, mais également pour que l'université et les autres établissements d'enseignement redoublent d'efforts pour éduquer nos générations futures, responsables de leur patrie, des valeurs morales, de l'esprit de responsabilité et de la dignité du travail politique accompli par l'homme et le bien public. Le Liban a besoin de nouveaux responsables d'un autre type, et l'Église est tenue de les préparer, de les encourager et de les suivre. Il se réserve le droit de faire la distinction entre régression et progrès, entre renaissance et évolution dégénérative, entre les connaissances qui mènent à la vérité et à la foi et les connaissances qui glissent dans l'erreur et la suspicion. Dans tout cela, l'église élève la voix et donne la parole à ceux qui n'ont pas de voix. »

"Le Christ, conclut Raï, demande que nous soyons fidèles et sages dans la pratique de ce que nous sommes confiés à la communauté. L'honnêteté est l'un des attributs de Dieu fidèle à son amour et à sa miséricorde. Nous sommes appelés à être fidèle à son exemple. La sagesse est le premier des sept dons du Saint-Esprit qui nous permet de considérer les choses du point de vue de Dieu et de l'inspirer dans toute décision ou action. La vertu de la sagesse culmine dans la crainte de Dieu, qui consiste à veiller constamment à ses vœux et à éviter tout abus intentionnel. Avec ces vertus, l’Université Saint-Joseph poursuit sa mission et nous lançons des activités pour célébrer le centenaire de la proclamation de l’État du Grand Liban, à la gloire de Dieu. »

Consulter l'album photos

Consulter les coupures de presse