Message du Professeur Salim Daccache sj. Recteur de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth à la communauté universitaire à la rentrée 2020/2021

Septembre 2020
Organisateurs

À la veille de la rentrée universitaire du 9 septembre, qu’il me soit autorisé de vous saluer, toutes et tous, enseignants et étudiants, surtout ceux de la première année, vous souhaitant une bonne année académique 2020/21, qu’elle soit pour chacune et chacun une année d’engagement et de succès dans vos travaux et dans vos choix. Je le dis d’emblée : d’une part, les temps sont difficiles et même très difficiles, pas besoin de le répéter, mais notre énergie, notre volonté d’en sortir sont intactes et nous n’allons pas démissionner. D’autre part, les crises que nous vivons cherchent à casser notre lien social et communautaire, mais notre choix est de renforcer la communication entre nous ainsi que le dialogue pour construire notre propre personnalité ainsi que notre communauté universitaire et nationale. Cela nous tourne vers les personnes et les familles qui souffrent, qui ont perdu des êtres chers et qui veillent encore sur leurs blessés, mais encore ceux qui ont perdu leurs emplois ou leurs moyens de vivre. L’Université de par sa mission nationale, citoyenne et humaniste, se retrouve proche de tous.

Ceci dit, et pour ne pas oublier, c’est une obligation pour l’Université de porter un regard sur les promotions des diplômés de l’année 2019/20 de toutes les facultés et des disciplines pour les féliciter et leur souhaiter une bonne chance. Comme toute autre promotion, vous êtes une fierté pour l’Université et pour le Liban, car le diplôme que vous avez obtenu l’a été non sans sacrifice et patience. Vous le savez mieux que moi, un diplôme obtenu à l’USJ et de l’USJ, ne peut l’être sans acquérir un sens de la discipline, de l’adaptation aux situations difficiles, de la méthode et du sens critique. Je suis sûr que la valeur ajoutée de votre diplôme fait de vous une personne compétente qui saura comment faire pour tracer route et gagner le pari de la vie.

Chers étudiants et étudiants de la première année mais aussi des autres années de tout cycle, je m’adresse à chacune et à chacun parmi vous dire que vous n’êtes pas une génération ratée ou bien celle de la crise mais celle du défi de la réforme de notre pays. Notre rôle est de vous accompagner pour que vous puissiez réaliser vos rêves et entre de plain-pied dans l’accomplissement de vos capacités intellectuelles et sociales. Chers Etudiants, nous aurions préféré vous voir animer les campus mais la gravité de la pandémie nous empêche une présence active mais elle ne fera que ralentir le retour à la vie normale. Nous allons recourir à l’enseignement à distance, nous nous sommes préparés grâce aux équipes de l’Unité des nouvelles technologies pour l’enseignement, le service informatique et la pédagogie universitaire aux techniques et aux méthodes les plus avancées pour que vous puissiez acquérir les compétences les plus avancées des programmes décidés. L’enseignement dans ces conditions sera un enseignement hybride, donc pour certaines unités d’enseignement, comme les stages, la recherche en labo, les travaux pratiques, les examens, il y a de fortes chances que cela se passe en présentiel dans le cadre des lieux de l’université.

Lorsqu’on évoque la formation, nous ne pouvons que penser aux enseignants qui se donnent chaque jour pour transmettre le savoir aux nouvelles générations, par l’enseignement et la recherche. C’est dans ce sens que je voudrai ici-même, exprimer ma reconnaissance à tous les enseignants qui ont cessé leur activité et à ceux qui continuent le combat pour que le Liban continue à être un phare de la bonne culture et de la formation des meilleures ressources humaines.

Notre université célèbre en cette année sa 145ème année d’existence ici-même à Beyrouth, devenue l’Université de la cité depuis 1875. Notre histoire est liée à l’histoire de cette ville, ses joies, ses réussites et ses souffrances durant la guerre des années 1975 à 1990 et aujourd’hui le drame implacable et meurtrier de l’explosion du port de la ville. N’oublions pas qu’une des motivations principales de la création de l’Université à Beyrouth et le transfert de leur Collège de Ghazir vers la ville provenait du fait que le port de Beyrouth devenait une plateforme économique de taille et un trait d’union d’ouverture culturelle et commerciale entre l’Orient et l’Occident. Aujourd’hui que la ville de Beyrouth soit meurtrie c’est l’Université qui pleure avec elle, mais l’Université de par sa mission citoyenne ne peut être que le moteur du relèvement et de reconstruction tant morale, intellectuelle et matérielle. L’action commune sous le titre d’USJ en mission est un défi quotidien pour porter assistance à notre peuple.

Cette reconstruction et cette aide nous les menons avec nos anciens diplômés et étudiants sous le titre qui nous rassemble « acteurs pour une citoyenneté responsable ». Un ancien de l’USJ n’est pas seulement celui qui a acquis un diplôme de l’Université et de sa faculté, mais encore une personnalité consciencieuse, compétente, et compassionnée. Dans le contexte actuel et même pour les 2 ou 3 années à venir , l’effort de levée de fonds et d’entraide, réalisé par la Fondation de l’Université, devra concerner plus d’un domaine : les aides médicales évidemment et en premier pour l’HDF, le fonds social alloué à la santé et aux traitements octroyés aux plus démunis, l’aide fournie à la population en nourriture, médicaments et reconstruction par USJ en Mission, la reconstruction de l’HDF et de l’USJ, les bourses d’étudiants si nécessaires à avoir et autres besoins pédagogiques comme les logiciels informatiques, les tablettes et la elibrary.

Dans ce sens et afin de promouvoir un réseau actif et réactif d’Anciens de l’USJ, la Fédération des Anciens et l’Université ont acquis une plateforme numérique d’avant - garde appelée Alumnforce qui sera conjointement gérée par les deux parties. Cette plateforme déjà lancée et présente sur le net https://alumniusj.org/registration/member/alumni fera appel aux étudiants désireux d’entrer en contact avec le monde des Anciens soucieux de faire cause commune avec les nouvelles générations montantes de l’USJ, de leur apporter l’expérience des aînés qui peuvent être de vrais mentors pour les jeunes diplômés.

L’on peut penser que cette période est une période de crise. En fait c’est une crise comme pas les autres. Il s’agit d’une crise qui met en cause la survie de nos institutions, de notre Liban et de nos richesses matérielles et immatérielles. Sachons faire de cette période où nous célébrons le centenaire du grand Liban une opportunité pour rebâtir notre pays mais encore les valeurs de probité, de professionnalisme, de confiance en soi même et dans les autres pour faire communauté de travail et de reconstruction.

Chers Amis, chers enseignants chers jeunes, Bon anniversaire de l’Université ! nous continuerons ensemble, partenaires de la communauté de l’USJ, étudiants, enseignants, administration et Anciens à faire de notre université une excellence de la nation ! pour qu’à l’aurore des 150 ans de sa fondation nous soyons toujours là créateurs des compétences de l’avenir, les meilleures, fondateurs des lendemains de vérité, de réconciliation et de paix.

Bon anniversaire cher Liban. Là où l’Etat est absent, nous serons présents, là où l’identité libanaise est malmenée, nous serons des Libanais sans faille ! là où l’Etat se montre impuissant, nous serons toujours là pour aider les plus faibles et à nous montrer solidaires par la compassion mais sûrement contre l’oppression et l’obscurantisme mais pour l’impératif de justice et la soif de liberté ! Je suis sûr que le centenaire à venir sera bien meilleur car il sera rebâti par les forces de démocratie, de la confiance en soi et de paix.