Abonnements & commandes  Contact Panier (0)  



 

  Ouvrages  
 
 

Le peuple libanais dans la tourmente de la Grande Guerre 1914-1918


Christian Taoutel - Pierre Wittouck s.j-

40.00 USD

cliquez pour agrandir Ouvrage publié en : Première édition 2016 - Deuxième édition
Langue : Français
Éditeur : Presses de l'Université Saint-Joseph

À la lecture des écrits des quelques Pères jésuites libanais et européens, qui ont pu demeurer au Liban durant la Grande Guerre de 1914-1918, l’on est confondu par le quotidien tragique du peuple libanais durant cette période. À travers plusieurs milliers de pages de diaires et de lettres, souvent anonymes, pour éviter le pire en temps de haine, ces témoignages étaient toujours porteurs d’amour et de grande émotion. Pendant que l’Europe croupissait sous la hantise des tranchées, véritables couloirs de la mort, des bombardements destructeurs des villes, ou encore de grandes batailles meurtrières, le Proche- Orient, du fait de la présence et de la domination d’un des belligérants, fut entraîné puis noyé, malgré lui, dans l’horrible aventure.
Mais au Liban, la Grande Guerre s’est surtout manifestée en empruntant d’autres moyens, tout aussi dévastateurs. Ce furent les persécutions et les vexations imposées par l’occupant, la famine généralisée, voulue et calculée, et les épidémies galopantes qui s’ensuivirent, faute de soins et de médicaments. Cette page noire de l’histoire de l’Europe et du monde, aura coûté au Liban près de 250 000 morts, affamés, tombés en silence, sans jamais être vraiment reconnus et cités par l’Histoire.
En présence de toutes ces calamités, les Pères jésuites, les Pères lazaristes, et quelques autres, généreusement aidés par de nombreuses religieuses libanaises et européennes, se sont ingéniés, tout au long de ces années tragiques, à réduire la misère effroyable de la population. Ils y réussirent au gré des humeurs, tantôt agressives, tantôt un peu plus bienveillantes, des autorités ottomanes. Ils ont toujours espéré et cru en des lendemains meilleurs. Ce n’était pas évident ! Il fallait compter avec les aléas de la guerre. Cependant, la population libanaise, soutenue par les jésuites, a tenu bon. Elle se préparait à l’avènement du Grand Liban en 1920, à renaître de ses cendres, pour œuvrer à la construction de son indépendance.


Pierre Wittouck, jésuite, est né à Bruges (Belgique) en 1931. Docteur en Sciences de l’Université Catholique de Louvain (Belgique), il fut chargé de deux longues missions d’enseignement à l’étranger, l’une au Liban, à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (19 ans) et l’autre au Bénin, à l’Université Nationale (15 ans). Auteur de plusieurs publications scientifiques, il collabora également à des œuvres collectives. Il séjourne au Liban depuis 1982.

Christian Taoutel est un historien libanais et enseignant à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth. Docteur en Histoire contemporaine de l’Université de Bordeaux – Michel de Montaigne. Chercheur associé à l’Unité Interdisciplinaire de Recherche – UIR Mémoire du Centre d’études pour le Monde Arabe Moderne (CEMAM) et au département de Géographie de l’USJ. Il a collaboré à des œuvres collectives sous la direction de l’historien français Pierre Vallaud.




175 pages
Poids : 653 (grammes)
ISBN : 978-614-8019-35-7

Disponible

 
 
© 2013 - Université Saint-Joseph     
Tous droits réservés pour textes et photos - Service des publications et de la communication