S’émanciper est « le métier que je veux lui apprendre »



[English version - see attached document]

[النسخة العربية بالملف المرفق]



Lorsque Rousseau a écrit dans l’Emile que « vivre est le métier que je veux lui apprendre », savait-il qu’un jour « vivre » ne suffirait plus ? Dans un monde éclaté, souvent incohérent et aux repères mouvants, peut-on se contenter d’aspirer à « vivre » ? Face aux mutations sociétales, émanant de conflits socio-politiques, doublés de bouleversements climatiques, entraînant des mouvements migratoires violents et un niveau de pauvreté sans précédent, la « forme scolaire » actuelle (Vincent, 1980) peut-elle rester la même ? L’incertitude contemporaine semble « fondamentale » (Asensio, 2017), puisque « la réalité est changeante » et que « du nouveau peut surgir et de toute façon, va surgir » (Morin, 2005, p. 111). Qu’attend-on  des acteurs scolaires ? Comment aider les élèves à « s’émanciper » afin de vivre pleinement ?



Face à cette mouvance sociétale, il faudrait former des citoyens proactifs, capables d’initiatives et de stratégie afin d’envisager des scénarios modifiables en fonction des aléas de la vie, au service de la collectivité. Il s’agit de les rendre capables de réguler leur vie afin de s’affranchir et non de s’adapter, l’adaptation pouvant être néfaste dans certains environnements pathogènes (Le Bossé, 2016). Pour cela, il est important de leur apprendre à mettre en œuvre d’une manière complexe, leur savoir, leur savoir-agir et leur savoir-être, à travers un processus de réflexion, d'anticipation, d'actions et d’interactions, mobilisant des compétences de haut niveau comme la créativité, la pensée critique, l’autonomie et la responsabilité, témoignant d’une résilience à toute épreuve. C’est alors qu’ils seront capables de maintenir la stabilité dans l’instabilité, de décider avec discernement dans l’incertitude, d’avancer à pas sûrs contre vents et marrées, de développer une intelligence stratégique, leur permettant de transformer les obstacles en opportunités, offertes notamment par l’environnement mouvant.



Chers étudiants,



S’affranchir suppose surtout de développer la compétence transversale de la collaboration, qualifiée par De Ketele (2021) d’éthique de partenariat, afin promouvoir auprès de nos élèves une dynamique constructive et non compétitive. Travailler ensemble suppose de conjuguer nos singularités pour les mettre au service du bien commun, œuvrant pour un monde de confiance et d’épanouissement.  « Réveillons-nous ! », cet appel d’Edgard Morin dans son ouvrage récent (2022) nous incite à replacer l’humain au centre de nos préoccupations, afin de « ré-humaniser » le monde et de le préserver du danger social et écologique qui le guette. Face à l’imprévisible, il est important de prendre conscience que seule une éducation aux valeurs, au service de l’altérité, garantit un avenir prometteur à l’humanité.


For the English version, click here
للنسخة العربية، الرجاء الضغط هنا

Contact
Tél : +961 (1) 421 579
Fax : +961 (1) 421 061
Courriel : fsedu@usj.edu.lb
Site web : http://www.fsedu.usj.edu.lb/
Partager :