En | Ar
Slide1


Cérémonie de remise des diplômes 2024

FDSP| ISP| FSE| Fsedu| ILE - Vendredi 19 juillet 2024 à 19h30 au CSM

Cliquez ici pour la cérémonie
Slide1


De Beyrouth à Abidjan

Ensemble vers l'avenir !

Découvrez les formations en licence Visionnez la vidéo
Slide1


150 ans : Nos racines, notre avenir…

Site des 150 ans
Slide1


Carte Privilège 2024-2025

Initiative des étudiants de l’USJ

Lire plus...Découvrez les réductions disponibles
Slide1


Toujours plus : campagne de levée de fonds

À l’occasion des 150 ans de l’Université

Je fais un donPour en savoir plus

ÉVÉNEMENTS À VENIR

USJ Logo 150 ans
Team1

Lynn Doughane (ESIB, 2020) : 3 prix et une bourse !

#successstories

Lynn Doughane (ESIB, 2020), est de nouveau sur le devant de la scène ! En effet, Lynn Doughane et Nanette Sene, les deux fondatrices de la startup Juno Technologies, viennent de remporter le prix « Black Entrepreneur Winner » ainsi qu’un investissement de 100 000 $, décernés par Rep Matters à Startupfest, en plus du prix « Audience Choice Winner » et une bourse de 25 000 $, de la part de Binder Dijker Otte & Co, 5e réseau mondial d’audit, d’expertise comptable, de social RH et de conseil. En outre, elles ont reçu un investissement « surprise » de 100 000 $, offert par la Banque de développement du Canada (BDC).
Lynn Doughane, détient un diplôme de génie électrique en systèmes industriels, obtenu en 2020 de l’École supérieure d’ingénieurs de Beyrouth (ESIB) de l’USJ et une maîtrise en génie industriel, avec une concentration en stratégie de l’innovation et finance (2022) de Polytechnique Montréal.
Sur le plan professionnel, Lynn a commencé sa carrière chez ContinuumRD en tant que chef de projet. En 2022, elle a été sélectionnée par Centech Mtl en tant qu’entrepreneure en accélération, puis en propulsion jusqu’en 2024. La même année, elle co-fonde Juno Technologies où elle occupe actuellement le poste de directrice des opérations.
Il convient de rappeler que Lynn Doughane a remporté en 2022 le 3e prix des Bourses Pierre-Péladeau

Ce que l’architecture militaire médiévale occidentale doit aux conquêtes arabes

Jean-Claude Voisin

Les échanges ont, de tout temps, nourri les avancées sociales, économiques, technologiques et artistiques. De grands conflits, d'importantes migrations, la recherche de richesses, toutes ces situations ont été à l'origine de mutations. Le domaine de l'architecture militaire n'y a pas échappée. Aussi loin que l'on remonte dans le temps des sociétés structurées, organisées autour d'un pouvoir, on rencontre l'existence d'échanges, d'emprunts, de synthèses. L'Asie centrale, le Moyen et le Proche Orient, de par leur situation de carrefour ou de corridor entre plusieurs continents, ont été les laboratoires de fantastiques avancées, et cela depuis plus de 5 000 ans. À l'ère, dite historique, tout cela va s'accélérer. Le dernier essai de constitution d'un grand empire sous pression d'une religion n'échappera pas à cette constatation. L'expansion de l'Islam va inaugurer un vaste mouvement de contacts et d'échanges qui aura pour contours tout l'espace méditerranéen et ses marges. La recherche de la protection provoquera de grandes métamorphoses dans le domaine de l'architecture militaire.

Nous allons tenter de comprendre ce que l'aventure des armées arabo-musulmanes va changer dans ce domaine pour une Europe, qui depuis la chute de l'Empire romain, subissait la visite de voisins plus destructeurs qu'innovateurs. La conquête arabe du VIIe siècle inaugure de nouveaux rapports entre le nouveau monde arabo-musulman et l'Occident. Du VIIe siècle au XIIIe siècle, les relations entre ces deux espaces de la Méditerranée vont connaitre, tel un balancier, deux mouvements : dans un premier temps dans le sens est-ouest puis dès le puis dès le XIe siècle dans le sens ouest-est.

150 ans… Nos racines, notre avenir

USJ sans tabac

Politique de l’Université en matière de lutte contre le tabagisme

Convaincue que le tabagisme est la première cause de mortalité évitable dans le monde et qu’il est nécessaire tant de protéger les personnes non fumeuses de l’effet néfaste du tabac que d’œuvrer pour endiguer l’initiation au tabac, l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ) s’est engagée dans la lutte contre le tabagisme. Il devient crucial de débanaliser le tabagisme et de faire sortir le tabac de la normalité qu’il prétend incarner. Suite à cette politique, et conformément à la loi numéro 174/2011, il est désormais strictement interdit de fumer dans l’ensemble des bâtiments et dépendances fermées et ouvertes (les bureaux, les salles de cours, les cafeterias, les jardins, les couloirs, les centres de soins…) de l’USJ ainsi qu’à l’extérieur des bâtiments et des locaux loin de toute porte communicante, y compris les sorties d’urgence et les portes donnant accès à un balcon (ci-dessous « les enceintes de l’USJ »).